Dialogue avec le paysage

La Vue-des-Alpes
12 juin – 31 octobre 2021

Une valorisation culturelle de La Vue-des-Alpes

Art-en-Vue est un festival croisant plusieurs formes artistiques qui nous emmène à la découverte des paysages de La Vue-des-Alpes qui, avec son panorama d’exception, constitue un site touristique d’importance cantonale. Conscients de ce potentiel, la Commune de Val-de-Ruz et le Parc Chasseral ont mené une réflexion commune dès 2016 pour une valorisation culturelle et événementielle spécifique. C’est ainsi que le festival Art-en-Vue est né, avec une première édition en 2018, une exposition de photographies en plein air intitulée Des murs et des hommes.  

De façon régulière (idéalement en rythme biennal), Art-en-Vue entend proposer une programmation culturelle de qualité en plein air sur des circuits pédestres courts, avec ce double objectif :

1. Mettre en valeur le patrimoine paysager autour de La Vue-des-Alpes (murs en pierres sèches, pâturages boisés, chalets d’alpage, activités agricole et pastorale) en permettant aux visiteurs de se déplacer sur des circuits pédestres spécialement fléchés.

2. Repositionner le site en créant des événements attractifs et faire de La Vue-des-Alpes un haut-lieu des rendez-vous culturels de la région.

Contexte de l’exposition

Avec son panorama d’exception, La Vue-des-Alpes est un site attractif pour cette région située sur le col entre Neuchâtel et La Chaux-de-Fonds. A quelques pas de là, le panorama sur les géants alpins fait place à d’autres paysages fabuleux façonnés par l’homme, au cœur desquels s’érigent des murs de pierres sèches, signatures de l’Arc jurassien.

Entre 2014 et 2020, le Chemin des Pionniers a fait l’objet d’un vaste projet de revalorisation paysagère entre La Vue-des-Alpes et Les Vieux-Prés, sur la commune de Val-de-Ruz. Des équipes ont été chaque année mobilisées pour reconstruire, pierre après pierre, les murs de pâturages érigés au cours des siècles. Quelque 1300 mètres ont été restaurés en sept ans, tant par des professionnels de la maçonnerie en pierre sèche que par des bénévoles, requérants d’asile ou personnes en réinsertion professionnelle. Autant d’hommes et de femmes qui contribuent ainsi activement à la sauvegarde paysagère de la région.